L’évaluation de la somnolence

Il est possible d’évaluer la somnolence à l’aide d’outil facile d’emploi. Évaluant notamment la somnolence en diverses situations. Le recours à ces outils demeure un point de départ pour déterminer la probabilité clinique d’apnée du sommeil.

Parmi les outils d’évaluation de la somnolence, le plus utilisé est probablement l’échelle de somnolence d’Epworth. Cette échelle nous donne un bon reflet de la somnolence subjective et il a pour but d’évaluer les probabilités de somnolence ou d’endormissement dans différentes circonstances de la vie quotidienne.

Pour évaluer votre somnolence vous devez répondre aux 8 questions suivantes et attribuer un chiffre de 0 à 3, à chaque situation:

 

0 = aucun risque de m’assoupir ou de m’endormir.

1 = faible risque de m’assoupir ou de m’endormir.

2 = risque modéré de m’assoupir ou de m’endormir

3 = risque élevé de m’assoupir ou de m’endormir.

 

Question 1: Lire en position assise.

Question 2: Regarder la télévision.

Question 3: Être assis inactif dans un lieu public (exemple réunion, salle d’attente ou théâtre).

Question 4: Être assis en tant que passager dans un véhicule pour une période d’une heure sans arrêt.

Question 5: Être étendue l’après-midi lorsque les circonstances le permettent.

Question 6: Être assis en parlant à quelqu’un.

Question 7: Être assis tranquille après un repas sans boisson alcoolisée.

Question 8: Dans une voiture arrêtée quelques minutes à un feu de circulation ou dans la circulation.

 

Il vous suffit par la suite de faire le total de vos points et voici l’interprétation de la somnolence:

0 à 8 = somnolence normale

9 à 12 = somnolence légère

13 à 16 = somnolence modérée

Supérieur à 16 = somnolence sévère

 

À noter que l’échelle de somnolence d’Epworth n’est pas nécessairement une indication que vous souffrez d’apnée du sommeil ou que vous soyez affecté par un autre trouble du sommeil. Plusieurs autres facteurs peuvent contribuer à une somnolence excessive. Ce test ne vise qu’à vous indiquer la possibilité qu’il y ait un problème nécessitant une évaluation plus approfondie auprès de spécialistes du sommeil ou consultez votre médecin dès que possible et mentionnez le résultat de votre test d’Epworth à votre médecin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*