Les tests diagnostiques en apnée du sommeil

L’apnée obstructive du sommeil (AOS) est une maladie chronique qui est présent chez environ 5% de la population. Par contre, le risque d’en être atteint est plus élevé surtout chez les personnes avec de la haute pression, des maladies cardiovasculaires, du diabète, un syndrome métabolique, de la dépression, de la fibrillation auriculaire et chez les individus obèses.

Il y a seulement deux tests acceptables pour diagnostiquer l’apnée du sommeil, soit la polysomnographie (PSG) et la polygraphie cardiorespiratoire du sommeil (PCRS).

  • La PSG demeure la méthode de référence pour le diagnostic de l’apnée et les autres troubles respiratoires du sommeil, mais le délai d’attente est souvent plus long. Ce test diagnostic est fait en à l’hôpital ou à la maison, il évalue l’oxygène dans le sang, la fréquence et le rythme cardiaque, le ronflement, les mouvements respiratoires, le débit d’air nez/bouche, la position du sommeil, l’activité cérébrale (EEG) ainsi que l’activité musculaire des jambes (EMG) et oculaire (EOG).

 

  • La PCRS est un test diagnostique tout comme la PSG mais avec moins de capteurs. Ce test est fait à la maison et il évalue la saturation en oxygène, la fréquence cardiaque, le ronflement, les efforts respiratoires le débit d’airnez/bouche ainsi que la position du sommeil. La PCRS peut être utilisé chez l’homme d’âge moyen, obèse, ronfleur et somnolent. Ce test n’est pas recommandé chez les patients avec des maladies associées aux apnées centrales (AVC, insuffisance rénale chronique, insuffisance cardiaque).

 

  • L’oxymétrie nocturne n’est pas un bon test diagnostique. La possibilité de faux négatifs est importante. Il évalue seulement la saturation en oxygène et la fréquence cardiaque. Une oxymétrie nocturne normale n’élimine pas l’apnée, pas même sous forme sévère.

Le test diagnostic pour l’apnée du sommeil, doit être prescrit par un médecin et doit être installé par un inhalothérapeute ou un technologue en électrophysiologie médicale. Le test peut être remboursé par votre compagnie d’assurance.

N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.

Marie-Luce Paradis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*