Les effets de l’apnée du sommeil sur votre cœur

En apparence, le syndrome d’apnée du sommeil (SAS) est caractérisé par la diminution du débit d’air ou l’arrêt complet de la respiration d’une personne pendant son sommeil. Le symptôme le plus couramment rapporté par les patients souffrants de SAS est la fatigue. Comme le sommeil est fragmenté, il est difficile d’obtenir un sommeil récupérateur. Mais ce n’est que la pointe de l’iceberg. L’apnée du sommeil entraîne d’importantes conséquences sur le système cardiovasculaire. Examinons ce qui se passe à l’intérieur du corps lorsque quelqu’un souffre d’apnée du sommeil.

Une apnée obstructive survient lorsqu’il y a une diminution de tonus musculaire au niveau du pharynx et le passage de l’air est alors obstrué. Le taux d’oxygène dans le sang diminue. Cette diminution amène notre système nerveux à avertir le cerveau que l’air n’entre plus dans les poumons. Survient alors un micro éveil, qui est en fait un allègement du sommeil, sans pour autant que l’on en ait conscience.  Cela redonne aux muscles un minimum de tonus permettant à l’air de passer dans les voies respiratoires.

Lors de ce réveil, le système nerveux sympathique s’active. Il est le responsable de plusieurs activités inconscientes du corps (accélère la fréquence cardiaque et augmente la pression artérielle). C’est lui qui prépare le corps à l’action ou à se ‘’battre’’. Le système nerveux sympathique libère alors l’adrénaline.   Cette hormone cause le rétrécissement des vaisseaux sanguins augmentant ainsi la pression artérielle. C’est entre autre pourquoi le SAS est souvent associé avec l’hypertension artérielle (HTA). Cette augmentation de pression amène le cœur à travailler plus fort, donc au lieu de se reposer, le cœur est sollicité d’avantage. Si ces efforts du cœur persistent, ils peuvent conduire à des troubles du rythme cardiaque : tachycardie, extrasystole, fibrillation auriculaire.

Les petits vaisseaux qui nourrissent le cœur (artères coronaires) sont très sensibles à ce rétrécissement. Comme celles-ci sont déjà petites et que l’adrénaline les rétrécis d’autant plus, elles sont à risque de se fermer complètement amenant une partie du cœur à ne plus être nourrit en oxygène. C’est ce qu’on appelle un infarctus.

L’adrénaline, en plus d’être un puissant vasoconstricteur, favorise la formation de caillots dans le sang qui se collent aux parois des vaisseaux sanguins. Si ces caillots se retrouvent dans la circulation sanguine, ils peuvent atteindre le cœur et le priver d’oxygène (infarctus), atteindre le cerveau causant un accident vasculaire cérébral (AVC) ou encore se retrouver au niveau des poumons causant une embolie pulmonaire.

L’insuffisance cardiaque peut apparaître chez une personne qui souffre d’apnée du sommeil non traitée. Cette fatigue du cœur peut aussi s’expliquer de façon mécanique. Lorsqu’une apnée obstructive survient, le corps fait tout de même des efforts pour respirer même si l’air est bloqué au niveau du pharynx. Il y a augmentation de la pression dans la paroi thoracique, ce qui a pour conséquence de comprimer le cœur entraînant une augmentation de son travail pour faire circuler le sang. Si quelqu’un fait 20 pauses respiratoires à l’heure, c’est donc 1 fois aux 3 minutes où le cœur se retrouve compressé par l’augmentation de pression. En d’autres mots, le cœur est constamment en train de travailler et ne peut jamais se reposer comme il se doit.

Bref, l’apnée du sommeil peut parfois paraître banale comme diagnostic, mais quand on regarde ce qui se passe à l’intérieur du corps chaque fois qu’une pause respiratoire survient, on comprend que le corps est soumis à un énorme stress physique, et ce de manière constante. C’est pourquoi il est important de faire et de poursuivre le traitement. Non seulement cela vous redonne votre énergie, mais permet aussi à votre cœur d’avoir un repos bien mérité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*